Le mouvement mutualiste, au-delà de l’esprit et des valeurs qui l’animent, doit en permanence composer avec les idées farfelues du petit matin de nos gouvernants politiques qui se laissent guider au gré des lobbying et des sondages d’opinion auprès de l’opinion publique.

Le but est de faire passer l’idée que les mutuelles sont de pures sociétés financières qui s’assoient sur leurs réserves astronomiques, considérant le mutualiste comme une pompe à fric.

L’action mutualiste est aujourd’hui l’enjeu de bien des convoitises par ceux qui veulent à tout prix  s’arroger les réserves de notre mouvement, qui ont été rendues obligatoires par le législateur lui-même. Les mutuelles sont sommées de contribuer au redressement des comptes publics et plus particulièrement la sécurité sociale.

Aucun pouvoir politique, de quelque tendance qu’il soit, ne nous épargne. Les décisions prises à la va vite nous font perdre l’âme du mutualisme qui a fondé notre mouvement. Dans ce contexte, comment réussir cette équation quasi insoluble de préserver l’intérêt de nos adhérents tout en s’adaptant à une réglementation chronophage.

Il faut être convaincu de notre capacité à afficher notre cohésion et notre solidarité entre les petites et moyennes mutuelles.

Ce n’est qu’en maintenant cette cohérence dans nos actions communes que nous maintiendrons notre capacité à perdurer en autonomie totale dans une lame de fond qui nous pousse en permanence au regroupement voire à la fusion.

Comme en matière d’écologie et de protection de la planète, nous avons tous notre infime part de responsabilité à la situation actuelle, et nous pouvons à un moment donné, impacter d’une dimension plus humaine le mutualisme auquel nous croyons. Le mutualisme du futur sera ce que nous en ferons.

cliquez ici pour télécharger le M@G